Solo enrepreneuriat

5 choses que j’aurais aimé savoir sur le solo-entrepreneuriat


Et… qui peuvent vous être utiles à vous qui voulez vous lancer dans une activité solo-entrepreneure.

Qu’est ce qui m’aurait été utile de savoir avant de me lancer ? C’est d’ailleurs une question que je pose en interviewant d’autres entrepreneures. Je partagerai prochainement le tout premier interview qui sera le début d’une série.

Première remarque : l’entrepreneuriat est une école de la vie tout comme devenir parent. Je vois assez de rapprochement entre les deux. D’un côté, 9 mois de préparation et de l’autre, quelques mois aussi passés à se former selon les cas. Et, au bout, dans les 2 cas, une aventure. En tant que parent, vous pouvez faire toutes les projections que vous voulez pour votre enfant, la réalité vous rattrape vite fait. En tant que solo-entrepreneure, vous pouvez faire tous les business plan que vous voulez, ici aussi la réalité du terrain vous rattrape.

1 ) Sprint vs marathon

Et si comme moi, vous venez du milieu de l’entreprise et que vous êtiez habituée à des deadline toujours de plus en plus rapprochées et que tout se faisait dans l’urgence (ce qui est souvent le cas en entreprise), vous avez acquis au fur et à mesure des compétences de sprinteuse. J’ai toujours été très bonne en sprint et je n’avais que peu de compétence en course de fonds quand j’étais ado. Et cela s’est retrouvé dans ma façon d’appréhender le travail. Donc des qualités en sprint qui ne me servent à rien aujourd’hui car l’entrepreneuriat c’est du marathon, du long cours. Fini la vision du court terme, bienvenue à la vision à long terme et à la déclinaison des réalisations et des actions dans ce sens-là. Pour un sprint, vous voyagez léger, pour un marathon il faut prévoir le ravitaillement et ménager ses ressources. J’ai donc appris à planifier mes actions de façon régulière (la tenue de ce blog en fait partie). Ténacité, régularité et discipline sont les maître-mots de cette activité. Le résultat se fait au travers du temps.

2) Personne ne vous attend

Ca y est, vous avez décidé de lancer votre activité, vous avez fait votre étude de marché. Bref, vous êtes prête et votre foi, votre envie de réussir, vous accompagnent sauf qu’à part votre réseau (s’il est important tant mieux) personne ne vous connaît et surtout personne ne vous attend. A moins que vous ne vendiez un produit absolument nécessaire à la vie des gens et totalement innovant, votre activité est déjà représentée et il va falloir se démarquer pour pouvoir percer et réussir. Se démarquer passe par mettre en avant votre personnalité : parler de vous, de ce qui vous anime.

3) L’entonnoir

Cette métaphore de l’entonnoir je ne la connaissais pas avant de commencer. Dans la partie cône de l’entonnoir vont se trouver tous vos contacts, une partie va s’en détacher pour devenir vos prospects c’est à dire des potentiels clients et à la sortie du tube, il y a les clients. Donc, entre le cône et la sortie du tube, il y a de la déperdition. Un ratio intéressant à suivre c’est le taux de transformation ou de conversion. Un peu comme pour le tirage du loto, des 49 boules, il n’y en aura que 6 qui vont sortir et feront des gagnants ou pas. La solution passe par l’augmentation de sa visibilité pour accroître le nombre de contacts. Savez-vous que sur Internet un bon ratio de transformation c’est 5% , 5 achats pour 100 visites sur le site ?

4) l’inertie du futur client

Ca y est, vous avez fait votre devis, vous l’avez envoyé et….rien ne se passe. C’était urgent, le besoin du prospect était là palpable et…. cela ne l’est plus. Et oui, il va falloir s’habituer à ce comportement. Comment l’expliquer ? Je ne sais toujours pas. Et souvent, nous n’avons pas le feedback réel de cette décision. Donc, il est utile de relancer rapidement après la proposition. Et si au bout de 2 relances, il n’y a pas de décisions, il faut accepter et surtout mentalement passer à autre chose. Et, il m’est arrivé d’avoir des réponses positives au bout de 3 mois donc…

5) solo-entrepreneure

Vous avez rêvé d’être seule maître à bord, vous êtes responsable de tout et c’est un grand facteur de motivation pour lancer son activité. Le revers de la médaille c’est la solitude. Confronter ses décisions, ses choix n’est souvent pas possible. Plus d’équipe avec qui partager ses idées. Il n’y a que vous et c’est peut-être le plus dur si l’on a travaillé longtemps avec des équipes. Plus de lien et tout dépend de votre capacité à surmonter ce manque de lien. Pour contrer cela, il existe des réseaux, cela a été mon choix aussi et j’en ressors toujours avec plus d’énergie même si souvent, il s’agit de réseaux commerciaux avec qui le partage d’expériences n’est pas toujours possible.

Et si j’avais su tout cela, cela m’aurait-il empêché de me lancer ? Je n’ai pas de réponse. J’aurai gagné du temps certainement. Et après tout, j’ai appris sur moi-même, sur mes capacités d’adaptation, j’ai développé des compétences. Et vous, qu’allez-vous faire de ce que vous venez d’apprendre ? Comment cela va-t-il influencer vos décisions, vos actions ? Pour vous aider, découvrez le programme envol et venez en parler ICI.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *