A PROPOS


MicheleAlonso_bandeau_aPropos

A propos

Dépassement (ou presque) du schéma familial :

Très jeune, j’ai compris qu’être une femme n’était pas facile et j’ai tout fait (inconsciemment bien sûr) pour éviter de reproduire le schéma de ma mère qui travaillait durement : elle a toujours travaillé sans relâche que ce soit les ménages, la restauration bref des métiers épuisants. Seulement, l’histoire familiale vous rattrape toujours et j’ai hérité de ma mère ce respect du travail bien fait et la croyance qu’il faut travailler dur pour y arriver et que le travail n’est pas une partie de plaisir. J’ai donc évolué au gré d’opportunités qui se sont présentées à moi et de ma curiosité et si je n’ai pas fait les mêmes métiers que ma mère, je l’ai toujours fait avec cet esprit consciencieux et en donnant du temps, de l’énergie pour apprendre, avancer et finalement me faire une place en tant que cadre supérieur. Cela a duré plus de 20 ans où de 3 personnes lors de mon embauche,l’entreprise atteignait 800 personnes quand je l’ai quittée.

Des questionnements :

Oui je l’ai quittée même si j’avais comme on dit une place au soleil. J’étais reconnue de par ma fonction et de mon rôle dans l’organisation. J’avais un statut. J’ai travaillé avec de belles personnes qui m’ont permis d’assurer ma fonction. Et pourtant, cela demandait pas mal de sacrifices par rapport à la famille, aux enfants.
Puis le temps de la crise qui a touché le marché et les réponses que nous apportions (conseil d’administration, management) ne faisaient plus mouche : réduction des coûts etc.. Le temps de la chute était arrivé avec son lot de pressions, de solitude sans cesse croissante, de sentiment d’incapacité, de toujours plus d’investissement en temps pour un résultat décevant et frustrant. Difficulté de plus en plus importante à se projeter sur le futur que ce soit dans cette société ou dans une autre. Je ne voyais plus la lumière et je n’arrivais plus à me nourrir de ce qui était proposé. La fatigue, physique et nerveuse, était présente. Plus d’envie le matin d’aller travailler, j’y allais à reculons.

A la découverte de soi et de ses passions :

En dehors de ma famille, j’ai pu bénéficier d’un soutien qui étaient des formations en développement personnel qui m’avaient bien aidé dans mon quotidien et qui m’ont permis d’exercer mes fonctions avec plus de discernement, plus de sérénité. Je cotoyais de plus en plus des femmes qui menaient une activité d’indépendante : thérapeutes, formatrices ou autres qui vivaient de leurs passions. Je suis toujours en lien avec ces femmes là et depuis j’en ai rencontré bien d’autres. En tout cas, les premières rencontrées m’ont permis d’avoir devant moi un modèle différent : femmes qui vivent de ce qu’elles aiment et qui entreprennent après avoir aussi vécu dans le moule du salariat. Elles m’ont montré qu’autre chose existait : la passion du métier. Bien sûr, j’ai aimé ce que j’ai fait mais j’ai aussi compris que je l’ai exercé en réponse aussi à une histoire familiale.

Le cap est franchi :

Dans ces moments là, j’aurais apprécié un accompagnement personnalisé mais cela n’a pas été le cas. A 54 ans j’ai dit STOP, et j’ai décidé de franchir la porte de l’entreprenariat.  Je me suis autorisée à aller au devant de ce que j’aime c’est à dire accompagner pour ouvrir des portes, des perspectives afin que la lumière soit toujours présente. Après une solide formation en coaching,  je crée ma société d’accompagnement, dans un premier temps, de chefs d’entreprise pour leur permettre de ne plus se sentir seuls devant la pression et les enjeux et dans un deuxième temps, auprès des femmes manager qui sont à la recherche d’un rebond pour asseoir leur leadership ou pour se lancer dans une reconversion réussie dans l’entrepreneuriat.

Ma croyance :

Le leadership au féminin c’est une tendance aujourd’hui mais pour moi, c’est bien plus que cela. J’y suis sensible pour les raisons évoquées précédemment bien sûr et c’est peut-être une revanche mais aussi parce que c’est une façon de s’assumer en tant que personne et en tant que femme dans un monde professionnel très stéréotypé. Les choses changent, évoluent et les femmes ont un grand rôle à jouer dans le monde et au vu des jeunes générations de femmes qui osent, qui développent leur business, nous sommes sur le bon chemin. J’ai eu l’occasion de travailler avec des femmes d’un certain âge qui ont dû tout assumer, ont dû se conformer au modèle bien classique et qui n’ont pas pu réaliser leurs rêves et qui sont bien malheureuses et prisonnières de ce modèle. Je sais que c’est un modèle que des femmes redoutent et elles veulent tout mettre en action pour changer la donne à ce niveau.

Soyez comme elles, donnez vous les moyens de changer, de vivre de ce qui vous anime et d’être leader de votre vie.

Je profite d’une séance découverte

Et à part cela ?
Depuis que j’ai osé changer de trajectoire, j’ai libéré ma voix en  chantant du Gospel (entre autres :)) (et oui, totalement inenvisageable avant).